DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dix ans après la guerre, les Bosniaques toujours profondément divisés sur leur avenir.

Vous lisez:

Dix ans après la guerre, les Bosniaques toujours profondément divisés sur leur avenir.

Taille du texte Aa Aa

L’avenir du pays est toujours intimement lié à la question ethnique, selon que l’on soit musulman, serbe ou croate. Depuis décembre 1995 les trois communautés ont été contraintes par les accords de Dayton, de cohabiter à l’intérieur des frontières internationales de la Bosnie-Herzégovine. Une confédération dont le territoire a été partagé entre deux entités politiques: la Républika Srpska, et la Fédération Croato-musulmane. La constitution de la Bosnie-Herzégovine, dont le but principal fut d’arrêter la guerre, interdit la sécession de ses entités politico-territoriales.

Mais en Républika Srpska, on y songe: et même, on menace de procéder à un référendum d’autodétermination si jamais le Kosovo devient indépendant. Le premier ministre sortant et chef du SNSD, Milorad Dodik : “ La situation actuelle, c’est que la moitié des citoyens de Bosnie-Herzégovine ne veulent pas de la républika Srpska, et l’autre moitié ne veut pas d’une Bosnie-Herzégovine partagée…” La reconstruction nationale est lente et elle pâtit de l’absence de vision commune des trois groupes composant la population. Au sein de la Fédération Croato-Musulmane, la majorité des musulmans souhaitent une Bosnie unifiée. Le chef du Parti pour la Bosnie-Herzégovine, le bosniaque Haris Silajdzic prône la suppression des entités: “La division ethnique de la Bosnie-Herzégovine est le fruit de l’agression et du génocide. Ce n’est pas une situation naturelle pour la Bosnie… Les problèmes en Bosnie sont venus de l’extérieur”.

Mais pour les croates les plus nationalistes, le rêve reste le même qu’en 1991: un rattachement à la mère patrie. Ivo Miro Jovic du HDZ, le Parti Démocratique Croate, l‘évoquait il y a quelques jours : “ notre état, c’est la Bosnie Herzégovine. Notre patrie, c’est la Croatie” disait-il. La fin du protectorat international est prévu pour 2007, ce qui entraînera la disparition du Haut- Représentant de la communauté internationale et émissaire de l’Union Européenne, doté de pleins pouvoirs exécutifs. Et bien que l’Union n’envisage pas de retirer ses 6300 soldats de Bosnie-Herzégovine, une transition réussie serait l’antichambre de l’adhésion à l’Union.