DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La BCE se dégage de sa responsabilté dans Swift

Vous lisez:

La BCE se dégage de sa responsabilté dans Swift

Taille du texte Aa Aa

Autre source de friction transatlantique, le dossier Swift, du nom de ce réseau bancaire international qui a admis avoir transmis au Trésor américain des données sur des transactions financières privées au nom de la lutte contre la terrorisme. La Banque centrale européenne, qui participe au groupe de surveillance de Swift, s’est déchargée aujourd’hui de toute responsabilité en admettant bien qu’elle était au courant depuis 2002 mais qu’elle n’avait pas compétence à juger de la légalité de ces transferts. Jean-Claude Trichet, président de la BCE, a ainsi expliqué devant le parlement européen qu’il était alors impossible de rendre publiques ces injonctions de la justice américaines.

Swift en tous cas se défend de tout agissement illégal. Francis Vanbever, responsable financier de la société : “Toutes les mises en conformité avec les demandes américaines ont été légales, limitées, ciblées, auditées et contrôlées. Elles étaient également obligatoires.”

Pourtant la semaine dernière une commission belge a déclaré que Swift avait violé la loi belge sur la protection de la vie privée… Ce qui a fait dire à Guy Verhofstadt, le Premier ministre belge, qu’il était temps de négocier avec les Etats-Unis un accord qui encadrerait ces transferts de données financières.