DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Explications de crise

Vous lisez:

Explications de crise

Taille du texte Aa Aa

Confirmant une rumeur qui grossissait chaque jour depuis une semaine, la direction d’EADS, maison mère d’Airbus, reconnaissait le 21 septembre dernier un nouveau retard – le troisième – dans les livraisons de son gros porteur l’Airbus A380, en raison de problèmes survenus au stade du câblage électrique de l’avion. Quelques jours plus tard on apprend que ce nouveau retard est chiffré à un an et coûtera plusieurs milliards d’euros à Airbus.

L’A380 est un avion international : il est assemblé dans 4 pays : en Grande Bretagne, et en Espagne : le fuselage du corps de l’avion, la cabine et le cockpit sont réalisés en Allemagne et en France. En attendant le cumul des retards de livraison du gros porteur d’Airbus atteint presque deux ans.

Le problème incriminé cette fois-ci : le câblage électrique, est localisé dans l’usine de Hambourg. mais la gouvernance bicéphale du groupe EADS qui possède 80% d’Airbus n’arrange pas la détermination des responsabilités. Les allemands estiment qu’ils ne sont pas responsables, rejetant la faute sur la gouvernance d’EADS. Bref, ce nouveau retard de l’A380 commence à semer la zizanie entre allemands et français et devant les enjeux sociaux du plan de restructuration, les politiques s’en mêlent. Les français ont sacrifié Christian Streiff qui va être remplacé par Louis Gallois, lequel garde la co-présidence d’EADS. En contrepartie l’autre co-président Thomas Enders, allemand, ne s’occupera plus d’Airbus.