DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Espagne veut monter au capital d'EADS

Vous lisez:

L'Espagne veut monter au capital d'EADS

Taille du texte Aa Aa

L’Espagne qui dispose via la Sepi, la société de participations industrielles de l’Etat, de plus de 5% du capital de EADS, aimerait augmenter sa participation. Le ministre espagnol de l’Economie Pedro Solbes a déclaré vouloir protéger les activités d’EADS et d’Airbus en Espagne. Le gouvernement Zapatero souhaiterait porter à 10% sa participation dans EADS contre 5,4% actuellement.

“Ce n’est pas seulement un problème industriel affirme Ramon Gorriz, un syndicaliste espagnol qui s’inquiète comme ses homologues des répercussions en Espagne de la crise d’Airbus. C’est aussi une affaire politique pour laquelle des gouvernements impliqués comme la France, l’Allemagne et l’Espagne devraient avoir une importante participation”.
Airbus emploie 3.000 personnes en Espagne, réparties sur trois sites. L’entreprise compte cependant de nombreux sous-taitants, l’un d’entre eux a annoncé le licenciement de 180 personnes : une décision liée directement aux déboires de l’A380.
Les deux actionnaires privés d’EADS ont réduit récemment leur participation pour arriver à une participation égale entre la France et l’Allemagne. Parmi les 49% restant, l’Etat russe a acquis via une banque publique 5% du capital d’EADS.

Louis Gallois le nouveau patron d’Airbus se rendra dans l’usine de Hambourg 48 heures après avoir visité celle de Toulouse. Il viendra diplomatiquement y porter la mauvaise nouvelle et non pas la bonne parole : c’est à dire la mise en route du plan de restructuration Power8 de Christian Streiff dont on ne connaît toujours pas le volet social.