DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Génocide arménien : une position française embarassante pour l'Union européenne

Vous lisez:

Génocide arménien : une position française embarassante pour l'Union européenne

Taille du texte Aa Aa

Jacques Chirac, le Président français, estime que la Turquie doit reconnaître le génocide arménien pour pouvoir adhérer à l’Union Européenne… C’est ce qu’il a affirmé il y a deux semaines lors d’une visite en Arménie, où il s’est recueilli sur le monument aux victimes du génocide. A la question “la Turquie doit-elle reconnaître le génocide arménien si elle veut adhérer à l’Union européenne?”, voici la réponse de Jacques Chirac : “Honnêtement, je le crois : tout pays se grandit en reconnaissant ses drames et ses erreurs.”

Une position difficilement acceptable pour l’Union Européenne, où des conditions précises pour le processus d’adhésion de la Turquie ont déjà été décidées. Krisztina Nagy, porte-parole d’Olli Rehn, Commissaire à l‘élargissement : “Concernant la structure concrète des négociations avec la Turquie, le Conseil européen a pris une décision et cette décision n’inclut pas la reconnaissance du génocide arménien comme critère d’adhésion de la Turquie”.

Commencé il y a un an, le processus d’adhésion turque pourrait se trouver perturbé voire bloqué par la position française. A signaler, en France, la communauté arménienne compte entre 350 et 500000 personnes selon les sources, c’est la plus importante en Europe occidentale.