DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les pourparlers sur l'Irlande du Nord redeviennent difficiles

Vous lisez:

Les pourparlers sur l'Irlande du Nord redeviennent difficiles

Taille du texte Aa Aa

Tony Blair s’impatiente. Cela fait deux jours que les responsables loyalistes et républicains d’Irlande du Nord sont enfermés dans le château de Saint Andrews, en Ecosse, et l’accouchement semble difficile. Si les pourparlers pour remettre en route les institutions nord-irlandaises n’ont pas abouti d’ici demain, prévient le Premier ministre britannique qui soutient le processus à bouts de bras avec son homologue irlandais Bertie Ahern, alors un accord sera proposé et les deux parties devront se déterminer. Le gouvernement britannique fait aussi savoir qu’il n’a aucune intention de repousser la date limite du 24 novembre pour la relance des institutions. Au pire, il reprendra l’administration directe de l’Irlande du Nord.

La pression monte particulièrement sur le révérend Ian Paisley. Le chef du principal parti protestant refuse jusqu‘à présent toute ouverture envers les catholiques de Sinn Fein, la vitrine politique de l’IRA. Pourtant, un récent rapport indépendant a confirmé que l’IRA avait bien renoncé à la violence. Gerry Adams, le patron de Sinn Fein, pose quant à lui un nouveau problème. Il refuse de soutenir un plan qui prévoit une réforme de la police nord-irlandaise. Les républicains redoutent que cette police ne soit toujours sous contrôle britannique.