DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Budapest à nouveau en proie aux émeutes entre manifestants d'extrême-droite et policiers

Vous lisez:

Budapest à nouveau en proie aux émeutes entre manifestants d'extrême-droite et policiers

Taille du texte Aa Aa

Un face à face très musclé non loin du parlement. Pendant une grande partie de la nuit, des centaines de nationalistes ont guerroyé avec les forces de l’ordre. Ces dernières ont riposté en tirant notamment des balles en caoutchouc et en utilisant des gaz lacrymogènes. Ces heurts ont fait une cinquantaine de blessés.

Non loin de là, l’opposition de droite dirigée par Viktor Orban a tenu un meeting pacifique pour exiger une nouvelle fois la démission du premier ministre Ferenc Gyurcsany. Il y a un mois, ce dernier avait avoué avoir menti sur la situation économique du pays pour remporter les élections d’avril. Ces violences ont éclipsé les célébrations du 50ème anniversaire du soulèvement de 1956 contre les troupes soviétiques.

La droite a boycotté les cérémonies officielles organisées par le gouvernement socialiste de Gyurcsany et à laquelle assistaient de très nombreux chefs d’Etat notamment d’Europe centrale. La droite conteste aux socialistes le droit de présider ces commémorations. Ces derniers sont les héritiers des communistes restés au pouvoir pendant 33 ans après l‘écrasement de l’insurrection.

Dans la matinée, les manifestations avaient été plus pacifiques. La police avait fait évacuer la place où se trouve le parlement. Les nationalistes s‘étaient néanmoins emparés d’un char soviétique exposé dans les rues du centre-ville. Ils étaient même parvenus à le faire avancer en direction des forces de l’ordre. Un geste qui avait mis le feu aux poudres.