DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Une majorité de plus en plus large de Britanniques souhaite le départ des troupes d'Irak d'ici la fin de l'année


monde

Une majorité de plus en plus large de Britanniques souhaite le départ des troupes d'Irak d'ici la fin de l'année

Selon un dernier sondage, l’option du retrait recueille 61 % des voix et cela même si la mission n’est pas terminée ou si Washington fait pression pour un maintien des forces sur le terrain.
Près de la moitié des Britanniques se prononce même pour un départ immédiat des troupes.
Actuellement, quelques 7 000 soldats britanniques sont mobilisés. 120 hommes combattant sous la bannière de l’Union Jack ont été tués depuis le début de la guerre en mars 2003.
Ces derniers mois, la guerre en Irak a sérieusement plombé la popularité du Premier ministre Tony Blair. Le locataire de Downing Street se voit reprocher son alignement systématique sur la politique étrangère du président américain, une position qui lui a même valu le sobriquet de “ caniche de Bush”.
La guerre en Irak a déjà fait l’objet de plusieurs enquêtes parlementaires en Grande-Bretagne. L’une des plus sévères, conduite par Lord Butler, avait pointé du doigt en juillet 2004, le peu de preuves concernant un éventuel programme irakien d’armes de destruction massives. Le rapport critiquait aussi les méthodes des services de renseignement britanniques.
Tony Blair insiste sur le fait qu’aucun calendrier de retrait des troupes n’est à l’ordre du jour. Mais au sein de la hiérarchie militaire, des voix différentes se font entendre et plaident pour une diminution progressive du dispositif.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Autriche : les conservateurs suspendent les négociations avec les sociaux-démocrates