DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rome dément avoir payé une rançon pour la libération de Gabriele Torsello

Vous lisez:

Rome dément avoir payé une rançon pour la libération de Gabriele Torsello

Taille du texte Aa Aa

Le mystère plane toujours sur l’identité des ravisseurs du photographe italien qui a été libéré vendredi en Afghanistan. Les talibans affirment n’avoir rien à faire avec l’enlèvement de Gabriele Torsello. Rome dément tout versement de rançon. Le photographe indépendant a passé plus d’une vingtaine de jours en captivité sans voir la lumière du jour.

“De temps en temps, j’essayais de m‘évader en pensée, d’oublier la pénombre et les chaînes, a raconté Gabriele Torsello. Mais soudainement, je me réveillais en constatant: je suis bien ici enchaîné et ils sont dehors. Que vont-ils faire de moi ?” Les ravisseurs du photographe italien de 36 ans avaient d’abord exigé le retour en Afghanistan d’un Afghan passible de la peine de mort selon la loi islamique et réfugié en Italie. Puis ils avaient réclamé le retrait des soldats italiens du pays. Selon le gouvernement italien, le service de renseignement militaire a joué un rôle essentiel dans le dénouement de cette affaire.