DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des slogans de campagne plus "négatifs" que jamais

Vous lisez:

Des slogans de campagne plus "négatifs" que jamais

Taille du texte Aa Aa

C’est d’ores et déjà un record. Qu’ils attaquent sur la politique, la vie privée, les convictions, les spots de campagne sont cette année plus nombreux et plus négatifs que jamais. Une technique utilisée par les deux camps qui ne surprend personne et qui est visiblement devenue incontournable : “les statistiques montrent que 98 pourcent des sortants sont réélus… La seule façon de les écarter, c’est de montrer qu’ils ont fait quelque chose de moche, et c’est le but de ces spots” explique cet analyste politique.

Et au jeu de destruction de l’adversaire, tout est permis. On utilise l’humour, la musique, les sentiments, tout ce qui peut capter et retenir l’attention. “Ils ont une musique obsédante, des logos qui saisissent tout de suite l’attention, les arguments vous prennent aux tripes, les gens font attention… Notre culture, c’est une culture des commérages et du divertissement, et rien n’est plus amusant que les spots politiques qui sont méchants. C’est quelque chose que les électeurs souhaitent presque eux-mêmes, parce que ça change, ils se sentent plus impliqués.”

Mobiliser ou dégoûter l‘électorat. Les stratèges en communication politique des deux camps savent utiliser cette arme à bon escient, ils frappent fort, quitte à jouer sur les peurs. “Des études ont montré que les gens sont plus attentifs aux spots négatifs, mais le risque, c’est de dépasser les bornes, quelques uns de ces spots cette année ont dépassé les bornes, ils auraient du être supprimés”.

Le phénomène n’est pas nouveau. C’est une tradition américaine depuis près de 200 ans. Détruire la crédibilité de l’adversaire en remuant la boue, ou en agitant des menaces comme le fit ce spot démocrate en 1964. Ce qui est certain, les premiers vainqueurs de ces élections seront les médias. Des millions de dollars ont été investis cette année dans la campagne