DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La fusion Abertis/Autostrade : Bruxelles va lancer une procédure contre l'Italie

Vous lisez:

La fusion Abertis/Autostrade : Bruxelles va lancer une procédure contre l'Italie

Taille du texte Aa Aa

Après le protectionnisme italien dans le secteur bancaire, la Commission européenne dénonce le protectionnisme italien dans le secteur des services en condamnant le veto émis en aout dernier par deux ministres du gouvernement Prodi à la fusion entre l’espagnol Abertis et l’italien Autostrade, concessionnaire d’autoroutes en Italie.

“Cette fusion, a expliqué le commissaire européen au marché intérieur européen Charlie Mc Creevy, est de la compétence de la Commission européenne et c’est le sujet des discussions depuis le début entre ma collègue de la concurrence Nelly Kroes ce dont discute depuis le début en est en train de discuter ma collègue à la concurrence Nelly Kroes avec les autorités italiennes et notamment la loi-décret italienne qui restreint la liberté de mouvement des capitaux. ça c’est la base de notre correspondance avec les autorités italiennes. Et c’est sur cette base que nous proposons l’ouverture d’une procédure contre l’Italie.”

Les déclarations des autorités politiques italiennes et notamment celles de Romano Prodi le président du conseil, laissaient penser que le rachat de Autostrade par Abertis, allait se faire pour donner naissance au N°1 mondial du secteur de la concession d’autoroutes. La procédure que va engager Bruxelles prouve qu’il n’en est rien. En effet la Commission européenne considère toujours illégaux les obstacles érigés par les autorités italiennes. IL est vrai aussi que les difficultés d’Albertis en Italie ne sont pas les premières rencontrées par un groupe espagnol en Italie. On se souvient de l‘échec du groupe bancaire espagnol BBVA dans sa tentative de prise de contrôle de la banque italienne BNL.