DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Réactions entre déception et aigreur en Turquie

Vous lisez:

Réactions entre déception et aigreur en Turquie

Taille du texte Aa Aa

Prise de température à Istanbul, sur le célèbre pont qui emjambe le Bosphore : “Si la Turquie entre dans l’Union, elle est foutue,” estime un pêcheur.

“L’union européenne est une communauté chrétienne, alors ça va être dur qu’ils nous acceptent,” pense cet autre.

Une année a passé depuis le début des négociations, et depuis, les espoirs et la confiance en l’Union Européenne sont nettement tombés, notamment chez les jeunes :

Quand les négociations ont débuté l’an passé, moi, j‘étais pour. Mais vu le comportement des Européens à notre égard, maintenant cela me fait peur,” explique une jeune fille.

“On n’est pas une population qui va supplier “s’il vous plaît, acceptez-nous!”, s’exclame un jeune homme.

Pour Cengir Aktar, analyste turc, la Turquie, trop lointaine, trop différente, est le parent pauvre des candidats à l’Union européenne :

“La Turquie, c’est un peu l’enfant mal aimé du processus d‘élargissement. La Turquie reçoit un sixième de ce que les autres ont reçu en aides de pré-adhésion, la Commission est quasiment invisible en Turquie. Ils essaient de couvrir un grand pays comme la Turquie à partir d’un seul bureau à Ankara.”

Selon un sondage paru ce mardi en Turquie, sept Turcs sur dix seraient aujourd’hui carrément favorables à un arrêt des négociations avec l’Union Européenne plutôt qu‘à des concessions sur le dossier chypriote.