DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La mort de l'un des plus célèbres espions de l'ancienne Allemagne de l'Est

Vous lisez:

La mort de l'un des plus célèbres espions de l'ancienne Allemagne de l'Est

Taille du texte Aa Aa

Marcus Wolf s’est éteint dans son sommeil ce jeudi matin à Berlin, 17 ans jour pour jour après la chute du Mur. Il avait 83 ans.
Markus Wolf était une figure légendaire de la Guerre froide, aussi bien redouté qu’admiré dans l’ex-RDA communiste.
De 1958 à 1987, il dirige la STASI, les services de renseignement extérieurs de la Sécurité d’Etat est-allemande, où il anime un réseau de plus de 4.000 agents à l‘étranger. Pendant des décennies, il est surnommé “l’homme sans visage” à l’ouest du rideau de fer, car les services occidentaux ne disposent d’aucune photo de lui.

Les prouesses de ce maître-espion ont notamment inspiré le romancier britannique John Le Carré dans plusieurs livres.
L’une des opérations les plus audacieuses de Markus Wolf restera d’avoir réussi à placer sa taupe Günter Guillaume dans la garde rapprochée du chancelier ouest-allemand Willy Brandt. Lorsque cet agent est démasqué en 1974, le scandale entraîne alors la chute de Brandt.

Juste avant l’effondrement du Mur en 1989, Markus Wolf, qui est déjà en retraite, est l’un des orateurs du plus grand rassemblement d’opposants à la dictature à Berlin-est… Mais il y est hué par une majeure partie des manifestants.
L’Allemagne réunifée délivre ensuite un mandat d’arrêt contre lui. Marcus Wolf est brièvement incarcéré, puis condamné en 1993 pour haute trahison à 6 ans de prison. Une peine qu’il ne purgera jamais, après décision de la Cour constitutionnelle.