DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le gouvernement maintient son agenda malgré la crise

Vous lisez:

Le gouvernement maintient son agenda malgré la crise

Taille du texte Aa Aa

Le gouvernement libanais, même en pleine crise politique, impose le projet de l’Onu sur la création d’un tribunal spécial. Ce tribunal serait chargé de juger les personnes soupçonnées d’avoir assassiné l’ancien Premier ministre libanais Hariri. Pour approuver le projet de texte des Nations unies, le chef du gouvernement, issu de la majorité anti-syrienne, avait convoqué ce lundi une séance extraordinaire de l’exécutif malgré la démission en chaîne depuis samedi de six ministres pro-syriens.

Dans deux rapports successifs, une commission d’enquête de l’Onu avait mis en cause des responsables syriens et libanais dans l’assassinat de l’ex-Premier ministre Rafic Hariri. En mars dernier, le Conseil de sécurité avait chargé le secrétaire général des Nations unies de négocier un accord avec le gouvernement libanais pour créer un tribunal international. Le vote d’aujourd’hui n’est qu’une première étape d’un long processus de ratification.

Hariri a été tué dans un attentat à la bombe le 14 février 2005 à Beyrouth. En tout, il y a eu 23 victimes. La Syrie a tout de suite été pointée du doigt mais Damas a rejeté toute responsabilité. Ce détonateur de la crise a finalement entraîné le retrait des troupes syriennes du Liban.