DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak : Blair réfute l'idée de discuter avec la Syrie et l'Iran

Vous lisez:

Irak : Blair réfute l'idée de discuter avec la Syrie et l'Iran

Taille du texte Aa Aa

Bush et Blair à l’unisson en Irak. Londres et Washington sont d’accord, la stratégie doit changer pour sortir de la guerre. Pourtant chacun avait hier encore sa propre méthode. Mais dans la soirée Tony Blair, dans un discours en l’honneur du Lord-maire de Londres, a écarté, de manière inattendue, la possibilité de discussions avec la Syrie et l’Iran : “La réponse aux problèmes de l’Irak n’est pas à chercher à l’intérieur de l’Irak , mais bien à l’extérieur, dans toute la région où les racines du terrorisme global sont à trouver. C’est ce que j’appelle une stratégie globale du Proche-Orient. Et il y a un malentendu fondamental sur un changement de politique avec la Syrie et l’Iran.”

Outre-atlantique, Bush rejette fermement toute discussion avec Téhéran, tant que la république islamique ne suspend pas ses activités nucléaires. Le président et son équipe, pressés par les démocrates, ont été entendus par un groupe de personnalités qui pourraient formuler des propositions avant la fin de l’année.

Pour le sénateur démocrate Carl Levin, “il faut arrêter de s’enfoncer de plus en plus, il faut trouver des alternatives pour augmenter les chances de réussite en Irak”. Les élections parlementaires aux Etats-Unis ont suscité l’attente forte d’un changement en Irak. La majorité des Américains réclame un retrait de leurs 150 000 soldats qui y sont déployés.