DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un pas de géant pour les droits des femmes au Pakistan

Vous lisez:

Un pas de géant pour les droits des femmes au Pakistan

Taille du texte Aa Aa

Sous l’impulsion du Président Pervez Musharraf, et malgré l’opposition des fondamentalistes, la loi de protection des femmes a été votée ce mercredi. Le Parlement a notamment réformé des lois ancestrales, appelées lois Huddod, sur le viol et l’adultère. Les femmes victimes d’un viol n’auront plus l’obligation de trouver quatre témoins, hommes et “bons musulmans”, pour prouver les faits qu’elles auront subi.

Quant à l’adultère, ce dernier ne sera plus puni de mort par lapidation mais par cinq ans d’emprisonnement au maximum, assorti d’une amende. Pervez Musharraf ajoute ainsi une pierre à l‘édifice de la nouvelle société pakistanaise, qu’il appelle lui même, une société “modérée et éclairée”. Le Président, sous la pression des pays occidentaux a beaucoup réformé depuis 2002.

Un accouchement dans la douleur pour cette loi progressiste adoptée après trois échecs successifs. Mais des parlementaires islamistes ont boycotté le vote après avoir violemment averti que cette réforme allait transformer le Pakistan en une “société de libération sexuelle”.