DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La bataille des plateformes boursières : état des lieux

Vous lisez:

La bataille des plateformes boursières : état des lieux

Taille du texte Aa Aa

Le mouvement de concentration qui démarre dans le secteur des opérations boursières, au niveau européen mais aussi international va probablement faire basculer à terme les équilibres actuels. Quels sont-ils ? En Europe, deux places boursières se partagent la moitié du marché. Le London Stock Exchange : l’opérateur de la bourse de Londres est le leader avec 2.700 milliards d’euros de capitalisation et plus de 3.000 sociétés cotées. C’est aussi la bourse la plus internationale avec 500 sociétés étrangères figurant dans les indices. On trouve ensuite Euronext : plateforme européenne qui regroupe les bourses de Paris, Bruxelles, Amsterdam et Lisbonne, et qui talonne le LSE. Loin derrière, en terme de capitalisation boursière, on trouve Deutsche Boerse, l’opérateur de la bourse de Francfort qui recherche depuis longtemps l’alliance lui permettant de s‘étoffer. Les grands acteurs américains ont récemment traversé l’Atlantique pour affirmer leurs prétentions.

Tout d’abord le New York Stock Exchange qui a posé une main ferme sur Euronext et pourrait bientôt finaliser cette acquisition et puis le Nasdaq qui malgré deux refus du LSE en possède 28,75% et n’a surement pas dit son dernier mot. A ne pas négliger non plus : l’espagnole BME : Bolsas y Mercados Espagnoles, qui gère les principales places boursières espagnoles : c’est est la 4ème plateforme européenne, entrée en bourse l‘été dernier et qui dispose avec les 34 valeurs latino-américaines qui y sont cotées, d’un statut de bourse internationale. Des rumeurs font actuellement état d’une volonté d’alliance entre Deutsche Börse et BME.