DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Séisme social en Belgique après la décision de Volkswagen

Vous lisez:

Séisme social en Belgique après la décision de Volkswagen

Taille du texte Aa Aa

Les salariés de l’usine Volkswagen de Forest près de Bruxelles sont sous le choc. Après des semaines d’incertitude, la direction de Volkswagen a décidé de supprimer 4000 emplois soit près des 3/4 des salariés de l’usine belge qui emploie 5.200 personnes. 10 ans après la fermeture de l’usine Renault de Vilvorde, la Belgique vit une nouvelle secousse sociale.

“Je dois dire clairement, affirme un syndicaliste maison, qu’il s’agit d’une catastrophe totale. La décision des patrons chez Volkswagen va affecter environ 4.000 personnes y compris 500 employés et 3500 ouvriers”. Le modèle phare de l’usine bruxelloise, la Golf, produite à 200.000 unités chaque année ne serait plus fabriqué sur le site de Forest mais seulement dans les deux usines allemandes de Wolfsbourg au le nord du pays et de Mosel à l’est.

Volkswagen invoque un marché automobile saturé en Europe occidentale et des usines qui tournent en surcapacité. 4.000 emplois directs supprimés auxquels on ajoutera l’avenir sombre qui se profile pour les 10.000 salariés des fournisseurs du constructeur allemand en Belgique.

Les travailleurs des autres sites de production Volkswagen en Europe occidentale; hors Allemagne, à Pampelune en Espagne (4260 salariés) et Palmela au Portugal (2740) sont également inquiets pour leur avenir. “L’avenir est très sombre. affirme un salarié de Forest parce qu’il ne restera que 1.500 travailleurs et c’est largement insuffisant pour produire. Cette usine qui était programmée pour fabriquer deux modèles : la Golf et la Polo, sera bientôt fermé j’en suis sur”.

La production de la Polo ne représente que 5% de la production totale de l’usine. Les abords de l’usine étaient calmes mardi et les visages fermés. Les salariés ont vraiment l’impression qu’ils n’ont pas compté pour grand-chose quand la décision de Volkswagen a été prise.