DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Des Libanais écoeurés après l'assassinat de Pierre Gemayel

Vous lisez:

Des Libanais écoeurés après l'assassinat de Pierre Gemayel

Taille du texte Aa Aa

C’est dans les larmes et le recueillement que la dépouille du ministre libanais de l’Industrie, Pierre Gemayel est arrivée aujourd’hui dans le village chrétien de Bikfaya, à l’est de Beyrouth. Son fief. Pierre Gemayel, figure chrétienne du camp anti-syrien, a été assassiné hier dans la capitale libanaise. Ses alliés anti-syriens ont pointé du doigt Damas. La Syrie, elle, nie toute implication.

L’attentat contre le ministre libanais a été commis à un moment de fortes tensions entre les anti-syriens et les chiites du Hezbollah, pro-syriens qui réclament un pouvoir de blocage au sein du gouvernement. L‘échec des consultations sur ce sujet a provoqué la démission le 11 novembre des ministres du parti de Dieu et de son allié. Le camp anti-syrien lie l’assassinat de Gemayel au projet de création d’un tribunal spécial international sur l’assassinat en 2005 de Rafic Hariri, l’ex-premier ministre libanais.

“Il faut interroger ceux qui annonçaient qu’il y auraient des assassinats, indique un Libanais à Beyrouth. C’est nous le peuple qui payons le prix.”

“C‘était un pays prospère, dit cet autre. C’est dommage qu’on arrive à tant de destruction et d’assassinats. Jusqu’oú ça nous mènera?”

Pierre Gemayel, membre des Phalanges chrétiennes, avait 34 ans. Il était le plus jeune député du Liban. Il est la sixième personnalité politique anti-syrienne assassinée depuis février 2005. Ses obsèques auront lieu demain à 13 heures. Un deuil national de trois jours doit être observé à partir d’aujourd’hui.