DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Liban a fait ses adieux à Pierre Gemayel

Vous lisez:

Le Liban a fait ses adieux à Pierre Gemayel

Taille du texte Aa Aa

Sur la place des martyrs à Beyrouth, le deuil se mêlait à la colère. Les dizaines de milliers de libanais rassemblés ont conspué leur président Emile Lahoud et le voisin Syrien, responsable selon eux de l’assassinat de Pierre Gemayel. La foule a brandi des portraits de l’ancien Premier ministre Rafiq Hariri assassiné l’an dernier, et piétiné ceux des présidents syrien et iranien.

A la mi journée, la dépouille de Pierre Gemayel a été accueillie en la cathédrale Saint-George des Maronites au centre de Beyrouth. Dans l’assistance, toute la famille du défunt, emmenée par son père Amine, président du Liban entre 1982 et 1988. Le Premier ministre Libanais Fouad Siniora, Saad Hariri, mais aussi Amr Moussa le président de la ligue arabe soutenaient la famille.

Les obsèques ont été célébrées par le patriarche maronite Nasrallah Sfeir. Un message du pape Benoît XVI a été lu. Le Souverain Pontife a déclaré que le meurtre était “un acte inqualifiable”. A la nuit tombée, le cercueil de Pierre Gemayel, recouvert du drapeau libanais, a pris la route de Bifkaya sa ville natale. Il a été inhumé dans le caveau familial. Au delà de la douleur d’une veuve ou d’un père, c’est le Liban tout entier qui a répondu présent à l’appel de l’opposition et il n’est pas impossible que cette journée marque le début d’un profond changement dans le pays.