DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Istanbul et Sainte Sophie attendent le Pape Benoît XVI

Vous lisez:

Istanbul et Sainte Sophie attendent le Pape Benoît XVI

Taille du texte Aa Aa

Sainte Sophie… cette très ancienne basilique du VIè siècle, qui fut transformée en mosquée au XVè par les ottomans et qui est aujourd’hui un musée, cristallise à elle seule les tensions extrêmes qui ont toujours existé entre les religions chrétiennes et musulmanes.

Le Pape qui commence sa visite ce mardi fera une halte dans ce lieu symbole de la la Turquie ancienne et moderne. Et, comme le fit avant lui le Pape Paul VI, c’est comme un simple touriste que Benoît XVI se rendra à Sainte Sophie. C’est la visite de trop pour les ultranationalistes turcs du “Alperen Odjaklari”, un des partis religieux très virulent en Turquie. “Allah est grand”, un cri lancé au coeur de Sainte Sophie pour montrer leur opposition à la visite du Saint Père. Les partisans en ont aussi profité pour distribuer des tracts à la sortie des principales mosquées d’Istanbul.

Dimanche c‘était au tour des islamistes du “parti de la félicité” de montrer leur désaccord. La manifestation s’est déroulée dans le calme, du fait de la présence policière, mais également car les organisateurs n’ont réussi à mobiliser que 20000 personnes au lieu du million escompté.

Le rapprochement entre nationalistes et islamistes et le principal enseignement à retenir de cette semaine de protestations. Une alliance qui n‘étonne pas cet analyste… Selon lui, “Les islamistes considèrent que le choc de civilisations oppose la civilisation islamique á la civilisation occidentale, nécessairement chrétienne. Pour les ultranationalistes il s’agit tout simplement de réaffirmer la primauté de la nation sur toute autre considération et il s’agit d’un programme qui est destiné à donner à la Turquie une identité telle qu’elle puisse résister à l’influence extérieure.”

Le voyage de Benoît XVI, est son premier dans un pays à majorité musulmane, il fera donc figure de test. Après les déclarations du Pape à Ratisbonne jugées offensantes par le monde musulman, le Saint Père n’est certainement pas le bienvenu en Turquie. Certains craignent même pour sa vie. La principale tâche du Pape en Turquie sera donc d’apaiser les tensions et d’expliquer que l’islam et le christianisme ont tout intérêt à se rejoindre et à collaborer.