DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La parité euro/dollar inquiète la classe politique européenne

Vous lisez:

La parité euro/dollar inquiète la classe politique européenne

Taille du texte Aa Aa

Depuis vingt mois, l’euro a atteint son plus haut niveau lundi à 1 dollar 3172 : la monnaie unique européenne profite de la glissade continue du dollar qui fait renaître les inquiétudes concernant la croissance économique en Europe. L’euro a gagné 11% par rapport au dollar depuis le début de l’année. Pour certains analystes, le mouvement de hausse de l’euro obéit au changement de perspectives de taux d’intérêt observé aux Etats Unis. “Avant disent-ils, on s’attendait à des hausses de taux et désormais on s’attend plutôt à des baisses”. Dans le même temps la politique monétaire de la Banque centrale européenne est clairement haussière.

Les cambistes ne paniquent pas : les politiques non plus même si on les sent inquiets. Lundi, à la veille de l’Ecofin de Bruxelles où se rencontrent les 25 ministres des Finances, le ministre français Thierry Breton a déclaré que la dépréciation du billet vert demandait une grande vigilance collective, sans plus de précision. Quelques heures plus tard, le luxembourgeois Jean-Claude Juncker, président en exercice de l’Eurogroupe qui rassemble seulement les ministres des 12 pays de la zone euro a estimé que l’euro était encore loin de handicaper la croissance chez les 12.

En fait on assiste à la résurgence des critiques de la classe politique européenne contre la Banque centrale européenne dirigée par Jean-Claude Trichet : les premiers reprochant à la seconde de mettre la croissance en péril en recourant trop au resserrement du crédit.