DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Coup d'état aux Fidji

Vous lisez:

Coup d'état aux Fidji

Taille du texte Aa Aa

Les tensions récurrentes aux Fidji ont abouti a un renversement du gouvernement. Le chef de l’armée, le contre amiral Voreqe Bainimarama a annoncé avoir pris le contrôle des îles à l’issue d’un coup d‘état sans effusion de sang. “A six heures, l’armée a prix le contrôle du gouvernement. J’ai suspendu les clauses de la Constitution et je suis désormais le chef de l’Etat. Je demande à la population de garder son calme”, a-t-il expliqué.

Quelques heures auparavant, le Premier ministre Laisenia Qarase avait annoncé être assigné à résidence par des militaires. Ils se sont déployés autour de son domicile. Il a néanmoins pu s’exprimer : “Ils plongent le pays dans la honte et le déshonneur. J’appelle tous mes partisans et tous les défenseurs de la démocratie à rester debout et à se battre pour les droits de l’homme”. Le conflit entre le chef de l’armée et le Premier ministre s’inscrit dans les tensions récurrentes aux Fidji entre la minorité d’origine indienne et la majorité de souche indigène.

Le putsch a été vivement condamné par les voisins des Fidji. Les journaux s’en sont fait largement écho. Les Nations Unies, la Nouvelle Zélande et l’Australie ont menacé le pays de sanctions. Le Premier ministre australien en l’occurrence, John Howard, a évoqué “un sérieux revers pour la démocratie” mais indiqué qu’il avait refusé d’accéder à une demande d’intervention militaire du Premier ministre fidjien.