DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Euronext/NYSE : un pas de plus vers la fusion

Vous lisez:

Euronext/NYSE : un pas de plus vers la fusion

Taille du texte Aa Aa

Un des derniers obstacles au rapprochement d’Euronext, la bourse paneuropéenne et de l’opérateur de la bourse de New York : le NYSE, a été levé mardi matin avec l’approbation des régulateurs européens c’est à dire le comité qui réunit les régulateurs d’Euronext : néerlandais, français, belges, portugais et britanniques. Ce comité a décidé de ne pas émettre d’objections sur le projet de rapprochement du marché pan-européen et de son homologue américain.

Mais le rapprochement entre les deux plateformes, appelé de ses voeux par le président d’Euronext, le français Jean-François Théodore, n’est pas encore acquis. Les clients d’Euronext sont très critiques vis-à-vis de cette opération, certains d’entre eux ont même demandé une enquête sur les risques de réglementation extra-territoriale que pourrait imposer l’opérateur de la bourse de New York. L’opérateur négocie aussi directement avec le gouvernement néerlandais car Euronext est une entreprise de droit néerlandais. La seconde plateforme boursière mondiale derrière Euronext – New York Stock Exchange, en termes de capitalisation boursière des entreprises qui y sont cotées, serait l’alliance très partielle jusqu‘à maintenant entre le London Stock Exchange et l’opérateur Nasdaq qui gère le marché boursier des valeurs technologiques à New York. Le Nasdaq qui possède près de 30% du LSE a encore augmenté son offre récemment sur le reste du capital de l’opérateur de la bourse de Londres, en vain. Mais il n’a pas dit son dernier mot.