DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Bulgarie : les archives secrètes ne le seront plus

Vous lisez:

Bulgarie : les archives secrètes ne le seront plus

Taille du texte Aa Aa

Dix-sept ans après la fin du communisme la Bulgarie, qui rejoint l’Union européenne le 1er janvier, a décidé de révéler le passé de son élite en ouvrant les archives de ses services secrets. Cette loi, adoptée ce mercredi, stipule l’ouverture presque totale des archives.

Des chercheurs pourront ainsi peut-être élucider les contacts bulgares avec Mehmet Ali Agça, auteur de l’attentat contre le pape Jean-Paul II en 1981 à Rome, et la participation supposée des services secrets communistes au trafic d’armes et de drogues.

Aucune preuve n’a été trouvée jusqu‘à présent en Bulgarie de l’implication de ses services secrets dans l’attentat contre le pape. Bien qu’un Bulgare, Serguei Antonov, accusé de “concours actif”, ait passé plus de quatre ans en prison en Italie avant d‘être libéré “pour insuffisance de preuves”.

Ces archives secrètes permettront également d’enquêter sur la mort de l‘écrivain dissident Gueorgui Markov empoisonné en 1978 à Londres par une arme mystérieuse surnommée “le parapluie bulgare”. De quoi lever le voile sur les mystères de l‘époque de la guerre froide.