DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Policiers critiqués dans la mort accidentelle de deux adolescents en banlieue parisienne

Vous lisez:

Policiers critiqués dans la mort accidentelle de deux adolescents en banlieue parisienne

Taille du texte Aa Aa

Dans un rapport d’enquête publié jeudi, la “police des polices” dénonce la “légereté” des gardiens de la paix lors de l’accident de Bouna et Zyed à Clichy-sous-Bois. La mort de ces deux adolescents, électrocutés dans un transformateur EDF le 27 octobre 2005, avait déclenché la crise des banlieues. Les jeunes des quartiers sensibles accusaient en effet la police d’avoir poursuivi les victimes. Le rapport est très critique selon l’avocat de la partie civile : “Souvenez-vous, il y a un an, on disait qu’il n’y avait pas eu de course-poursuite. C’est ça qui a rendu les jeunes fous dans les banlieues. Ce rapport d’enquête de police, très bien fait pour la première fois, dit qu’il y a eu course-poursuite. Une course-poursuite qui a mobilisé au moins cinq équipages de police”, conclut Maître Jean-Pierre Mignard.

Selon le rapport, les adolescents se sont réfugiés dans le transformateur pour échapper à la police. Bien que 3 enregistrements radio des forces de l’ordre signalent la présence des jeunes sur le site EDF, la police affirme ne pas avoir vu les adolescents y pénétrer. En revanche le rapport confirme que les jeunes en fuite étaient impliqués dans une tentative de vol sur un chantier, non loin du lieu du drame.

L’avocat de cinq policiers interrogés en tant que témoins assistés ne semble guère apprécier le contenu du rapport : “Depuis un an on analyse, on commente ce qui s’est passé en trois minutes. Il y a, de la part des commentateurs, une position extrêmement confortable qui consiste à dire “il n’y avait qu‘à”, “il fallait”… Or, eux, ils étaient dans l’action et ils ont fait leur travail de manière la plus professionnelle qui soit”, explique Maître Daniel Merchat.

Au lendemain de l’accident, une information judiciaire pour “non assistance à personne en danger” a été ouverte. Accusation difficile à prouver. Aujourd’hui la partie civile entend porter plainte pour “mise en danger de la vie d’autrui”.