DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les victimes et les défenseurs des droits de l'homme affichent leur frustration après la disparition d'Augusto Pinochet

Vous lisez:

Les victimes et les défenseurs des droits de l'homme affichent leur frustration après la disparition d'Augusto Pinochet

Taille du texte Aa Aa

L’ancien dictateur chilien est mort sans être condamné pour les crimes dont il était accusé. Son décès met fin automatiquement à des centaines d’actions en justice.

Mais le juge espagnol Baltasar Garzon souhaite que la justice continue et que les procès se tiennent à l’encontre d’une cinquantaine de personnes, soupçonnées d’avoir violé les droits de l’Homme. “La justice a fait un travail considérable ces 8 dernières années au Chili et à l‘étranger. De nombreuses demandes de poursuites ont été ouvertes ce qui signifie qu’une compensation partielle a déjà eu lieu”.

Baltasar Garzon est à l’origine de l’arrestation de Pinochet à Londres en octobre 1998. Il avait demandé l’extradition de l’ancien dictateur. Ce dernier fut assigné à résidence pendant plusieurs mois au cours desquels il avait reçu le soutien de l’ancien premier ministre britannique Margaret Thatcher. Pinochet fut relaché pour raison de santé sans être extradé vers Madrid.

Garzon avait accusé Pinochet de crimes contre l’humanité, de génocide et de torture durant son régime militaire de 1973 à 1990.

La député socialiste chilienne Isabel Allende réclame également la poursuite des procès contre l’ancien dictateur. Elle est la fille du défunt président Salvador Allende, qui fut renversé le 11 septembre 1973 lors du coup d’Etat de Pinochet. “Il ne peut pas y avoir de réconciliation nationale alors que le processus judiciaire reste ouvert. Nous devons nous souvenir que beaucoup d’opposants n’ont toujours pas été retrouvés et que des familles recherchent toujours leurs proches. Je ne comprends pas pourquoi nous devons appeller à la réconciliation”.

Les historiens estiment que 3000 personnes sont mortes ou ont disparu et que 30 000 ont été torturées pendant les 17 années de la dictature de Pinochet.