DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

28 ans après, l'Espagne se penche sur son passé douloureux

Vous lisez:

28 ans après, l'Espagne se penche sur son passé douloureux

Taille du texte Aa Aa

“Mémoire historique”, c’est le nom du projet de loi qui vise à réhabiliter les victimes oubliées de la guerre civile et de la dictature franquiste en Espagne. 28 ans après la restauration de la démocratie dans le pays, ce texte a montré jeudi combien la classe politique était encore divisée sur le sujet. Il a été admis à passer en examen durant la session parlementaire de février mais de justesse.

“C’est une loi qui, loin de s’inscrire contre quelqu’un, a indiqué la vice-présidente du gouvernement socialiste, prétend rendre justice, en particulier à ceux qui ont été privés de leur droit de mémoire”. Mais à droite, le Parti populaire réclame le retrait de ce texte qu’il juge “inutile”. “Légiférer en matière de mémoire historique constitue une grave erreur, a dénoncé un député du PP. Ce projet est un boulet pour la stabilité de notre régime politique”.

Profitant du débat, une association de familles de républicains espagnols a déposé une plainte auprès du juge Baltasar Garzon. Elle lui demande d’enquêter sur le sort de 30.000 républicains disparus entre 1936 et 1948. Cette première plainte du genre en Espagne cherche avant tout à interpeller les autorités pour déterminer enfin où sont enterrés ces disparus. Les jugements sommaires prononcés sous la dictature du général Franco avaient abouti à l’exécution de 50.000 républicains après la guerre civile.