DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

L'Union européenne veut freiner son élargissement


monde

L'Union européenne veut freiner son élargissement

A l’occasion du sommet qui se tient les 14 et 15 décembre à Bruxelles, les 25 ont décidé de ralentir un élargissement de plus en plus décrié par les citoyens. Et ce, alors que la Roumanie et la Bulgarie entreront dans l’Union le 1er janvier prochain. Avant de convier de nouveaux Etats à rejoindre l’Union, la France propose, par exemple, d‘étudier l’impact qu’aurait leur adhésion sur l‘économie, la politique et les institutions européennes. Actuellement, 7 pays (la Croatie, l’Albanie, la Macédoine, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine, la Serbie et la Turquie) frappent à la porte de la communauté européenne. Parmi ces candidats, officiels ou non, la Turquie est sans doute celui qui suscite le plus de débats. Bruxelles a d’ailleurs choisi de geler partiellement ses négociations d’adhésion avec Ankara tant qu’elle n’aura pas assouplit sa position sur le dossier chypriote.

Selon Amanda Akcakoca, analyste politique européenne, les Etats membres ont tout intérêt à changer d’attitude : “Certains Etats membres devraient avoir une attitude plus mature. Plutôt que de voir l’adhésion turque sous un mauvais jour, ils devraient la voir de façon plus positive, plus équitable. L’entrée de la Turquie ne prendrait effet que dans 15 ou 20 ans. D’ici là, la Turquie et l’Union européenne auront bien changé”. Avant de poursuivre l‘élargissement, Bruxelles souhaite réformer ses institutions. Ce qui implique, notamment, de sortir de l’impasse sur la Constitution européenne.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Proche-Orient : la Cour Suprême israélienne justifie les liquidations ciblées d'activistes palestiniens