DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Iran élit ses maires et ses "experts" religieux

Vous lisez:

L'Iran élit ses maires et ses "experts" religieux

Taille du texte Aa Aa

Le président iranien Ahmadinejad teste sa popularité à travers les urnes pour la première fois depuis son arrivée au pouvoir en juin 2005. C’est ce qu’estiment les observateurs du double scrutin qui s’est déroulé ce vendredi en Iran. Il s’agissait d‘élire d’une part 113.000 maires et conseillers municipaux, et d’autre part les 86 membres de l’Assemblée dite des experts, une puissante institution religieuse.

Les alliés de Mahmoud Ahmadinejad, qui a été maire de Téhéran, veulent évincer l’actuel patron de la capitale iranienne, pourtant également conservateur, Mohammed Baqer Qalibaf. Ahmadinejad voit en ce dernier un futur rival à la présidentielle. “Je suis sûr que ces élections représenteront un moment important pour la jeunesse iranienne, a déclaré le président après avoir voté. Leur futur dans ce pays dépend de ce vote”. Mahmoud Ahmadinejad espère consolider son emprise sur le pouvoir à l’occasion de ce double scrutin. Mais les réformateurs, évincés de nombreux postes depuis sa prise de fonctions, n’ont pas dit leur dernier mot. A Téhéran notamment, ils ont réussi à surmonter leurs divisions pour monter une liste commune.

Le guide suprême iranien, l’ayatollah Khamenei, a surveillé, lui, le renouvellement de l’Assemblée des experts. Cette assemblée a le pouvoir de choisir ou de démettre le guide suprême. Par précaution, la plupart des candidatures de réformateurs ont été écartées.