DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Une longue nuit d'audition pour Dominique de Villepin

Vous lisez:

Une longue nuit d'audition pour Dominique de Villepin

Taille du texte Aa Aa

“J’ai été très heureux en ce qui me concerne de pouvoir apporter mon témoignage dans cette affaire où j’ai été victime pendant de longs mois de calomnies et de mensonges”. Première déclaration de Dominique de Villepin à sa sortie tôt vendredi matin du pôle financier du tribunal de grande instance de Paris. Le Premier ministre français a été entendu comme témoin pendant 17 heures par les juges qui enquêtent sur les faux listings bancaires de Clearstream. Le chef du gouvernement a toujours nié toute implication dans ce dossier.

Son nom avait été rendu public par le général Rondot, l’ancien chef des services secrets chargé de l’enquête. Dans des courriers envoyés anonymement à la justice en 2004, Nicolas Sarkozy, le ministre de l’Intérieur était désigné comme bénéficiaire de pots-de-vins lors de la vente de frégates de Taïwan via l’organisme luxembourgeois Clearstream. Le Premier ministre nie depuis le début toute tentative de destabilisation de son rival politique. Il a maintes fois répété avoir seulement agi dans le cadre de ses fonctions.