DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Deux ans après le tsunami, les populations sont toujours sous le choc

Vous lisez:

Deux ans après le tsunami, les populations sont toujours sous le choc

Taille du texte Aa Aa

26 décembre 2004, il est 7h58 à Jakarta et à Bangkok. Un séisme sous-marin de 9,3 sur l‘échelle ouverte de Richter se déclenche au large de l‘île indonésienne de Sumatra. Le raz-de-marée se propage à des centaines de kilomètres. L’Indonésie, les côtes du Sri Lanka et du sud de l’Inde, le sud de la Thaïlande sont touchés de plein fouet. Bilan : entre 200 000 et 230 000 morts et disparus, des régions dévastées.

Deux ans après la catastrophe, les reconstructions avancent, mais à un rythme insuffisant. A titre d’exemple, environ 50 000 Indonésiens s’entassent encore dans des baraquements de fortune. En cause, d’après les ONG : la bureaucratie, la corruption et les difficultés dues a l‘éloignement de certaines régions. Près de 600 millions de dollars de dons effectifs ont été récoltés mais tout n’a pas été dépensé.

Côté sécurité, l’Indonésie, l’Inde et la Thaïlande ont mis en place des systèmes d’alerte anti-tsunami. Mais le projet d’une surveillance régionale n’a pas encore vu le jour. Au grand dam de la population, toujours sous le choc. Cette habitante du Nagappattinam, en Inde, explique que la simple mention du mot tsunami la terrorise et lui donne des frissons. Ses 4 enfants ont péri dans le raz-de-marée. Je ne pourrai jamais oublier, dit-elle.