DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Saddam Hussein exécuté par pendaison à l'aube

Vous lisez:

Saddam Hussein exécuté par pendaison à l'aube

Taille du texte Aa Aa

Le jour s’est levé sur Bagdad, et Saddam Hussein, l’ancien dictateur, n’est plus. Il a été exécuté par pendaison à l’aube. Il était 6 heures dans la capitale irakienne, 2 heures de moins à Bruxelles.

L’annonce de la pendaison a été d’abord faite par la télévision publique irakienne, puis confirmée par des sources officielles. Un témoin a raconté que Saddam Hussein était monté calmement à la potence. Il tenait un Coran à la main. Pour l’heure, aucune précision sur ce qui va advenir de la dépouille de l’ancien dirigeant.

Agé de 69 ans, Saddam Hussein avait été condamné à la peine capitale le 5 novembre dernier, pour la mort de 150 villageois chiites dans le nord de l’Irak dans les années 80. Ce verdict a été confirmé mardi dernier par la Cour d’appel du Haut tribunal pénal irakien.

Les autorités souhaitaient que la sentence de mort soit appliquée avant que ne débute la période sacrée qui entoure la fête de l’Eïd. La coutume musulmane veut qu’aucune exécution n’ait lieu pendant les fêtes religieuses. Or, l’Eïd a commencé ce samedi matin.

Jusqu‘à ces dernières heures, l’ancien dictateur se trouvait entre les mains des Américains, détenu dans une prison de Bagdad. Puis il a été remis aux autorités irakiennes, lesquelles assument la responsabilité de la sentence. D’ailleurs, selon une source officielle, aucun Américain n‘était présent dans la salle d’exécution.

Saddam Hussein avait dirigé le pays pendant près de 30 ans. Destitué en avril 2003, il a été capturé 8 mois plus tard et gardé secrètement par les troupes de la coalition menée par les Américains. Depuis la confirmation de la sentence de mort, ses avocats ont tenté de suspendre, voire d’annuler le verdict, notamment en lançant des recours auprès de la justice américaine. En vain.

En tout cas, sur le terrain, en Irak, les troupes de la coalition sont en état d’alerte, et se préparent à une flambée de violence. Plusieurs partisans sunnites de l’ancien Raïs avaient annoncé ces derniers jours un regain de tension en cas d’exécution de Saddam Hussein. Dans les rangs chiites, la mort de l’ancien dictateur a été accueillie par des tirs de joie.

A Washington, le président Bush estime que l’exécution de Saddam Hussein est une “étape importante” pour l’Irak, en ajoutant que “cela ne mettra pas un terme a la violence”. A Paris, le ministère des affaires étrangères a sobrement appelé le peuple irakien à “regarder vers l’avenir”.