DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La question du droit au logement s'impose dans le débat politique

Vous lisez:

La question du droit au logement s'impose dans le débat politique

Taille du texte Aa Aa

En France, la mobilisation en faveur des Sans-domicile fixe prend de l’ampleur. Il y a trois semaines, le premier camp était dressé à Paris, à l’initiative de l’association “Les Enfants de Don Quichotte”. Aujourd’hui, des tentes sont plantées dans des centres-villes en province, à Marseille, Lyon, Toulouse, Nice, Orléans ou Aix en Provence. Autant de coups médiatiques pour alerter l’opinion sur la gravité de la situation : 100 000 personnes qui n’ont pas de logement fixe, en France, selon les spécialistes. L’opération vise surtout à interpeller les dirigeants politiques et notamment les candidats à la prochaine élection présidentielle.

Le droit au logement, le thème est au coeur du débat politique du moment. Il était ainsi développé dans le discours du président français, lors des voeux du Nouvel An. “Des réformes importantes sont devant nous pour mettre en place un véritable droit au logement opposable, c’est-à-dire faire du droit au logement une réalité, a déclaré Jacques Chirac. Je demande au gouvernement d’avancer sur ce point dans les toutes prochaines semaines.”

Le discours est positif, disent les associations de soutien aux SDF, qui ajoutent qu’il faut maintenant des actions concrètes. Preuve que la mobilisation se poursuit, l’occupation depuis hier d’un immeuble dans le centre de Paris. Le site baptisé “ministère de la Crise du Logement” appartient à une banque, et il est inoccupé depuis 3 ans. Mais cet immeuble serait sur le point d‘être vendu, affirme aujourd’hui la banque propriétaire du lieu. En tout cas, plusieurs dizaines de personnes s’y sont installées, appuyées par 3 associations de défense des mal-logés.