DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Autriche: des négociations difficiles

Vous lisez:

Autriche: des négociations difficiles

Taille du texte Aa Aa

En octobre 2006, à la surprise générale, les sociaux-démocrates du SPö remportent les élections législatives. Leur leader, Alfred Gusenbauer, obtient 35,3% des voix avec un programme promettant plus de protection et de justice sociales. Malgré une victoire d’une courte tête, il réclame son droit à devenir le prochain chancelier à la place de Wolfgang Shüssel. Le chef des conservateurs de l‘öVP a obtenu 34,3% des suffrages. Après six ans au pouvoir, Wolfgang Shüssel reconnait sa défaite.
Mais le score très serré obtenu par les deux partis les oblige à s’entendre. Objectif: rééditer un gouvernement de grande coalition.

Pour y parvenir, le président autrichien, le social-démocrate Heinz Fischer demande à Alfred Gusenbauer d’entamer des négociations. Le chef des sociaux-démocrates va céder sur certaines demandes des conservateurs. Ainsi l’augmentation du SMIC à 800 euros promise par le SPö part aux oubliettes. En revanche, de petites augmentations des aides sociales et des retraites sont retenues.

Alfred Gusenbauer est également obligé de revenir sur d’autres promesses électorales. Ainsi il accepte de repousser la réduction d’impôt sur les revenus moyens, dont le coût s‘élève à trois milliards d’euros. Il va même renoncer à supprimer les frais d’inscription à l’université introduits par le gouvernement sortant. Les étudiants doivent s’acquitter de 375 euros par semestre.

Mais un mois après les élections, les négociations sont interrompues par les conservateurs. Motif: Wolfgang Shüssel estime que la confiance est brisée suite à la décision du SPö de former une commission parlementaire pour enquêter sur le contrat d’achat de 18 avions de combat “Eurofighter” signé par le gouvernement sortant.

L’Autriche étant un pays neutre, les sociaux-démocrates ne voient pas l’intérêt d’investir dans des appareils aussi chers. Ils préfèreraient utiliser ces deux milliards d’euros pour l‘éducation. Mais pour les conservateurs, les Eurofighters sont nécessaires pour défendre l’espace aérien de l’Autriche.