DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Belgique : l'audition du prince Laurent par la Justice relance le débat sur le rôle de la monarchie

Vous lisez:

Belgique : l'audition du prince Laurent par la Justice relance le débat sur le rôle de la monarchie

Taille du texte Aa Aa

Le prince Laurent convoqué devant la justice en qualité de témoin, une première dans l’histoire de la Belgique. Le fils cadet du roi Albert II s’est rendu ce matin devant le tribunal d’Hasselt, en région flamande pour être entendu dans le cadre d’une affaire de détournements de fonds au sein de la Marine dans les années 90. Une partie de ces fonds aurait bénéficié au prince, pour l’ameublement de sa villa notamment.

C’est ce journaliste flamand qui a révélé l’ affaire qui secoue depuis un mois le pays, car elle est plus que judiciaire… “J’ai mis en cause l‘état de droit, c’est tout… Et on voit ce que ça donne. Je pense que c’est une bonne chose pour tout le monde.”

Pour les partisans du modèle fédéraliste, dont la monarchie est l’un des piliers, ce scandale est instrumentalisé à des fins politiques. La monarchie belge est en effet dans la collimateur de plusieurs partis néerlandophones qui réclament l’autonomie, voire l’indépendance pour la Flandre. A quelques mois des législatives, et en plein débat sur l’unité du pays, le scandale est vu comme une manoeuvre contre l‘état par le gouvernement.

Cette affaire est l’occasion rêvée pour remettre en cause la dotation accordée aux membres de la famille royale. Ainsi, bien que 11ème dans le rang de succession au trône, le prince Laurent touche 275 000 euros par an à la charge du contribuable. Un acquis que dénoncent haut et fort les partis flamands : “Je trouve que la dotation accordée au roi, au prince héritier et à la veuve du roi baudoin est une chose normale pour les fonctions de représentation qu’ils exercent à la tête de l‘état. Pour le reste, mon propos est que les hommes doivent travailler, qu’ils soient princes ou membres d’une famille royale” estime Yves Leterme, ministre président flamand

Au palais, on observe le silence sur une affaire qui vient renforcer la crise identitaire que traverse le pays.