DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Protection de l'environnement et indépendance : les deux piliers de la politique énergétique de Bruxelles

Vous lisez:

Protection de l'environnement et indépendance : les deux piliers de la politique énergétique de Bruxelles

Taille du texte Aa Aa

Enrayer le changement climatique tout en assurant l’indépendance énergétique des Européens : c’est l’objectif numéro un de Commission dans ses propositions sur l‘énergie. Un pari osé. Avec le protocole de Kyoto, l’Union européenne s‘était imposée comme le leader mondial en matière de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre et Bruxelles entend bien rester à la pointe de ce combat. Au-delà d’une hausse de la température de 2 degrés par rapport à l‘ère pré-industrielle, la planète s’exposerait à des conséquences dévastatrices. Partant de ce constat, la Commission propose de réduire à l’horizon 2020 de 20 à 30% les émissions européennes de gaz à effet de serre par rapport aux niveaux de 1990. Le protocole de Kyoto avait, lui, établi à 8% l’objectif européen pour 2012.

Pour y parvenir, la Commission suggère du bout des lèvres la solution du nucléaire, qui ne produit pas d‘émissions polluantes et fournit déjà 30% de la production électrique dans l’Union. Une idée qui ne fera pas que des adeptes, notamment en Allemagne et en Belgique, deux pays qui ont prévu d’abandonner cette filière. Terrain glissant oblige, José Manuel Barroso se contente donc de rappeler qu’en la matière, chaque Etat est libre de ses choix :

“La Commission, sur la question du nucléaire, reste agnostique. Ce qui est important, c’est d’avancer vers une économie de moins en moins dépendante du charbon.”

Reste l’option des énergies renouvelables. Mais alors, il faudrait véritablement les faire décoller. Dans son plan d’action, Bruxelles propose donc de porter leur part à 20% d’ici 2020. Les éoliennes, le solaire ou encore les biocarburants : il y a matière à progresser, mais cela implique aussi des investissements massifs.
Aux Etats-membres de se prononcer désormais. Ce sera le cas au sommet de mars prochain.