DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un congrès placé sous le signer de l'Union, de la cohésion et de la tolérance

Vous lisez:

Un congrès placé sous le signer de l'Union, de la cohésion et de la tolérance

Taille du texte Aa Aa

Ce dimanche il s’agissait pour Nicolas Sarkozy de jouer la carte de la cohésion et du plébiscite.
La ministre de la Défense, Michèle Alliot Marie, après avoir pensé un temps se présenter à la présidentielle, a finalement rejoint le giron de son collègue de l’Intérieur : “J’ai décidé d’apporter mon soutien à la candidature de Nicolas Sarkozy…” commence Michèle Alliot-Marie. Ovation des militants…
Dans la salle, ces derniers estiment que le candidat Sarkozy à toutes les qualités pour unir la droite.
“Je crois que c’est le seul aujourd’hui qui peut rassembler toute l’unité de la droite et qui a des convictions. Il a l’habitude de faire ce qu’il dit” assure un homme.

En rvanche le président de l’Assemblée Nationale Jean Louis Debré n’est pas là pour soutenir le candidat Sarkozy : “C’est une réunion de famille. Une famille créée par Jacques Chirac. Et donc je viens pour rendre hommage au père de la famille, Jacques Chirac”. Jacques Chirac qui était l’absent de marque de ce dimanche.

Dans la matinée, le chef du gouvernement a fait une apparition furtive et discrète au Congrès. La semaine dernière Dominique de Villepin avait annoncé qu’il ne voterait pas pour l’investiture de Sarkozy. Comme pour couvrir d‘éventuels sifflets, une fanfare chinoise jouait non loin de là dans la salle.