DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La météo n'a pas froid aux yeux

Vous lisez:

La météo n'a pas froid aux yeux

Taille du texte Aa Aa

Mère nature n’aime pas le froid cette année. La station de Kasper en Autriche, en fait les frais. Au menu de la saison, pas de neige, pas de touristes. Selon l’OCDE, 2/3 des stations de ski pourraient disparaitre d’ici quelques dizaines d’années. Premières victimes, les Alpes, où le réchauffement climatique est trois fois plus rapide que la moyenne mondiale. Et il suffirait d’une augmentation de 1° pour que l’Allemagne perde 60% de son domaine skiable.

Des bouleversements climatiques qui touchent toute l’Europe. Ici, au zoo de St Petersbourg, l’ours Varya est le second de son groupe à rompre son hibernation. A cause de l’homme, dit ce spécialiste : “Il y a 3 ou 4 ans, j’aurais dit que c’est un caprice de la nature, aujourd’hui les derniers chiffres prouvent un réchauffement rapide, pour lequel l’homme est forcément à blâmer.”

L’homme, responsable de ce soleil de plus en plus envahissant, et d’un dérèglement alarmant. Exemple en Grèce. Température moyenne ce mois-ci, 20°. En décembre, les précipitations ont été 20 fois inférieures à la normale. Arbres en fleurs, migrations perturbées, la faune, la flore et le niveau de l’eau sont particulièrement touchés, comme le constate cet expert grec : “Il y a des changements que l’on remarque pas seulement dans l’eau, mais chez les espèces vivantes, les changements sont notables dans l‘écosystème aquatique.” Certains poissons qui devraient déjà être présents dans les eaux de la Mer Egée font défaut aux pêcheurs. D’autres ont rompu leurs cycles de reproduction. De lourdes conséquences pour l‘économie grecque, liée à la pêche et l’agriculture.

De l’autre côté de l’Atlantique, les côtes est et ouest des Etats-Unis ont échangé leur climat. 23° à Washington, l’année 2006 aux Etats-Unis a été la plus chaude de tous les temps. Au même moment la Californie grelotte. Au point que le gouverneur Arnold Schwarzenegger a dû décréter l‘état d’urgence. Alors que faire ? Réduire, au moins par quatre, les émissions de gaz à effet de serre. Le nouveau secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-Moon, est appelé à faire du réchauffement climatique sa priorité.