DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Infirmières bulgares : les eurodéputés plaident pour davantage de pressions

Vous lisez:

Infirmières bulgares : les eurodéputés plaident pour davantage de pressions

Taille du texte Aa Aa

Le Parlement européen appelle la Commission et les Etats-membres à exercer plus de pressions sur la Lybie pour faire libérer les cinq infirmières bulgares et le médecin palestinien condamnés à mort. En décembre, la condamnation a été confirmée par la Cour suprême. Pour les eurodéputés, il est temps que l’Europe envisage une révision de sa politique à l‘égard de Tripoli. Hélène Flautre, présidente de la sous-commission des droits de l’Homme :

“Lorsque l’on parle des infirmières bulgares et du docteur palestinien en Europe, tout le monde constate le déni de démocratie, le fait que ce qui va leur arriver dépend de la décision d’un homme, que les droits sont bafoués, que l’on torture en Libye. Tout cela paraît absolument étonnant. Néanmoins, dans le même temps, on continue de discuter avec monsieur Kadhafi sur la gestion des migrants en faisant comme si sur cette question-là on pourrait espérer un tout petit peu de respect des droits fondamentaux des personnes.”

Les infirmières et le médecin, détenus depuis 1999, sont accusés d’avoir sciemment inoculé le virus du sida à des centaines d’enfants à l’hôpital de Benghazi. Les experts internationaux qui ont enquêté sont eux sont affirmatifs : l‘épidémie aurait démarré avant l’arrivée de l‘équipe. L’eurodéputée socialiste Catherine Guy-Quint :

“Il n’est pas tolérable que des Européens soient condamnés à mort. Il n’est pas tolérable que la peine de mort existe encore dans le monde, donc à travers ce procès, au Parlement européen, nous voulons reposer la question de la peine de mort.”

Le colonel Kadhafi serait prêt à décréter une clémence en échange de lourdes compensations financières et de la libération du Lybien condamné pour l’attentat de Lockerbie. En attendant une hypothétique issue diplomatique, les condamnés vont de nouveau saisir la Cour suprême.