DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paris III, la derniere chance du Liban pour éviter la banqueroute

Vous lisez:

Paris III, la derniere chance du Liban pour éviter la banqueroute

Taille du texte Aa Aa

Six mois après le conflit au Liban sud, le pays du Cèdre est confronté à une double crise politique et économique. Pour le gouvernement, Paris III, la conférence internationale d’aide économique au Liban jeudi à Paris, est la dernière chance pour surmonter la crise financière.

Mais l’opposition vient prendre en otage les efforts du gouvernement, c’est ce que pense le ministre de la Jeunesse et des Sports qui s’exprimait à l’issue des violents évènements de ce matin : “Depuis ce matin, le peuple libanais subit l’agression de l’opposition menée par le Hezbollah. Atteinte au droit de se déplacer, d’aller travailler, accès de l’aéroport de Beyrouth bloqué… Elle est en train de compléter ce que les israéliens ont fait pour briser l‘économie du pays.”

Le principal point de vulnérabilité de l‘économie libanaise est la dette publique. Elle était de 2.3 milliards d’euros en 1992. Elle n’a cessé de gonfler pour atteindre 31.6 milliards d’euros. Beyrouth doit rembourser 5.3 milliards d’euros en 2007 et 7 milliards d’euros en 2008.

Ces trente dernières années, l‘économie a payé un lourd tribut aux conflits et à l’instabilité politique et sécuritaire qui ont marqué le pays. Et le conflit de l‘été dernier a plombé les espoirs de relance du gouvernement. Son coût est estimé à plus de 2 milliards d’euros de pertes directes.

Paris III, troisième conférence organisée pour sauver le Liban de la banqueroute, devrait constituer une nouvelle bouée de sauvetage. Des experts du FMI ont évoqué 7 milliards d’euros versés par étapes. Le gouvernement libanais présentera, lui, un programme de réformes prévoyant l’instauration de nouvelles taxes dès 2008, accompagnées de mesures sociales et financières et de privatisations.