DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Paris : conférence d'aide au Liban

Vous lisez:

Paris : conférence d'aide au Liban

Taille du texte Aa Aa

C’est une conférence cruciale pour les finances du Liban. Elle a débuté ce matin à Paris, en présence du chef du gouvernement libanais, Fouad Siniora, mais aussi du président de la commission européenne, de la chef de la diplomatie américaine, Condoleeza Rice et au total d’une quarantaine de pays et d’institutions internationales.

La dernier conflit entre le Hezbollah et Israël au sud Liban a été ruineux. Le pays du cèdre ploie sous une dette faramineuse. Elle était de 2.3 milliard d’euros en 1992. Elle n’a cessé de gonfler pour atteindre 31.6 milliards d’euros fin 2006. Avant le début des travaux, les Etats-Unis, l’Union européenne et la France ont annoncé qu’ils accorderaient au total 1,5 milliard d’euros supplémentaires au Liban. L’Arabie Saoudite a déclaré vouloir verser un milliard de dollars.

“Si nous ne réalisons pas les objectifs du programme de réformes, cela pourrait mettre en danger nos objectifs plus vastes de stabilisation politique et sociale et un programme démocratique fort” a déclaré Fouad Siniora. Le gouvernement s’est, il est vrai, engagé à mettre en place un éventail de réformes. Elles prévoient entre autre l’instauration de nouvelles taxes dès 2008, le tout accompagné de mesures sociales et financières, mais aussi de privatisations. Mais L’opposition vilipende ces réformes et réclame le départ du gouvernement actuel. Le Hezbollah, notamment, conteste sa légitimité. C’est dire si l‘économie libanaise est l’otage de la crise politique.