DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irlande du nord : la décision historique du Sinn fein

Vous lisez:

Irlande du nord : la décision historique du Sinn fein

Taille du texte Aa Aa

“Aujourd’hui, vous avez créé la possibilité de changer pour toujours le paysage politique sur cette ile, la possibilité de faire avancer de façon significative notre combat” : Historique, ainsi Gerry Adams a-t-il qualifié le vote des militants de Sinn Fein hier. Le parti catholique a franchi une étape cruciale sur la voix de la paix en acceptant, à une écrasante majorité de reconnaitre la légitimité de la police nord irlandaise après 86 ans de boycott. C‘était le dernier obstacle majeur à la reprise du processus de partage du pouvoir. Ce qu’a souligné non sans ironie le chef des négociateurs Martin Mac Guiness à l’adresse des Unionistes: “ Les protestants veulent un non massif, et on leur donne ce qu’il craignent le plus, un oui massif des Républicains”

Depuis sa création en 1905, le Sinn Fein n’avait jamais reconnu la police de la province, un “appendice” de la monarchie britannique, d’ailleurs nommé “Royal ulster constabulary”, et qui était perçue comme le symbole de l’occupation britannique, partiale, favorable aux protestants.

Dans le cadre des accords du vendredi saint, en 2001 elle est devenue la PSNI, Police Service of Northern Ireland, et sa reconnaissance était posée comme condition sine qua non par les Unionistes de Ian Paisley pour la remise en route des institutions communes. Condition sine qua non, mais pas la première. Il y eut d’abord le désarmement de l’IRA à l’origine de la suspension des institutions depuis 2002. En juillet 2005, l’organisation terroriste a déposé les armes et renoncé à la lutte armée pour de bon.

Le geste de Sinn Fein hier est d’autant plus remarquable que la semaine dernière était publié un rapport accablant sur la police nord-irlandaise, qui pendant plus de dix ans, a fermé les yeux sur les activités criminelles des paramilitaires protestants. Désormais, plus rien n’empêche la tenue d‘élections le 7 mars et la restauration du gouvernement local associant catholiques et protestants le 26 mars.