DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Airbus : Berlin craint des suppressions d'emplois disproportionnées en Allemagne

Vous lisez:

Airbus : Berlin craint des suppressions d'emplois disproportionnées en Allemagne

Taille du texte Aa Aa

Berlin pourrait annuler les commandes d’armements auprès d’EADS si le consortium aéronautique européen délocalise une partie de la production de sa filiale Airbus hors d’Allemagne. Berlin craint que l’Allemagne supporte l’essentiel du programme d‘économies décidés par EADS, pour compenser notamment les pertes provoquées par les retards rencontrés dans la production de l’A380, le futur Superjumbo d’Airbus. Michael Glos , le ministre allemand de l‘économie a insisté sur le fait que l’Allemagne doit rester un site de haute technicité pour Airbus, en particulier en ce qui concerne la fabrication des fuselages.
En Allemagne, Airbus emploie 21.400 salariés sur sept sites différents, dont plus de 11.000 pour le seul site de Hambourg.
Les syndicats d’Airbus craignent jusqu‘à 8.000 suppressions d’emplois directs en Allemagne et 8.000 emplois indirects chez les fournisseurs. C’est Louis Gallois, l’actuel président d’Airbus, et co-président d’EADS qui est le responsable de l’application du plan Power 8 chez Airbus mais aussi au sein de la maison-mère. Ce plan de réduction des coûts sera connu le 20 février prochain. Auparavant, Monsieur Gallois devrait rencontrer le ministre allemand de l‘économie. Pour le rassurer ou le mettre devant le fait accompli ? On le saura peut-être à l’issue de la réunion entre les deux hommes. En tous cas, Michael Glos devrait plaider une nouvelle fois pour que les suppressions d’emplois ne touchent pas l’Allemagne de façon disproportionnée. Ce que veulent les allemands c’est l‘équilibre entre l’Allemagne et la France.