DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un championnat italien presque sans supporters

Vous lisez:

Un championnat italien presque sans supporters

Taille du texte Aa Aa

Romano Prodi avait promis des mesures draconiennes pour enrayer la violence dans les stades, son gouvernement a tenu parole… Tous les clubs de football dont les stades ne sont pas aux normes de sécurité vont devoir jouer leurs rencontres à huis-clos, c’est à dire sans aucun spectateur. Et ce n’est que l’une des mesures destinées à stopper la violence, phénomène complexe pour le ministre italien de l’Intérieur.

Giuliano Amato, ce matin à la Chambre des députés, a estimé que le football pouvait catalyser la violence comme il pouvait aussi en être la source, en lui permettant de s’organiser. Seuls les stades de Rome, Turin, Sienne et Palerme vont pouvoir accueillir des supporters… tous les autres devront se mettre en conformité avec la loi sur la sécurité des infrastructures sportives.

D’autres mesures, telles que la fin des ventes groupées de billets pour les supporters en déplacement, ou le renforcement des pouvoirs de police ont été aussi décidées.

Vendredi, un policier de trente-huit ans est mort lors d’affrontements en marge d’une rencontre à Catane en Sicile, et hier plusieurs milliers de personnes ont assisté à ses funérailles. Le chef du gouvernement italien, Romano Prodi, a rendu hommage à cet “époux et ce père de famille mort un jour de fête”. Même le Pape a réagi.

C’est maintenant un championnat italien amputé de son public qui pourrait reprendre dimanche, et demain un conseil des ministres extraordinaire doit être réuni sur le dossier.