DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'esplanade des Mosquées lieu de toutes les tensions...

Vous lisez:

L'esplanade des Mosquées lieu de toutes les tensions...

Taille du texte Aa Aa

Chaque pierre de l’esplanade des Mosquées revêt un caractère sacré et aucun bulldozer ne peut y pénétrer sans provoquer une levée de boucliers. Les travaux entrepris par Israël pour remplacer une rampe d’accès menant à la porte des Maghrébins, connue aussi sous le nom de Dung Gate, n’ont donc pas échappé à la colère des palestiniens et du monde musulman. Des travaux pourtant nécessaires selon les archéologues qui travaillent sur le site : “ Il y a trois ans, la rampe d’accès a été abimée à cause du mauvais temps… Il faut construire une nouvelle passerelle pour permettre aux touristes et à tous les visiteurs de rejoindre le mont du Temple. C’est la raison pour laquelle nous devons intervenir ici et réhabiliter la porte des Maghrébins, tout en connaissant toutes les sensibilités en présence … “

Lieu symbolique s’il en est, l’esplanade des Mosquées qui abrite la mosquée al Aqsa et le dôme du Rocher est le troisième lieu saint de l’islam après la Mecque et Médine. Mais c’est aussi le site de l’ancien temple juif détruit en l’an 70 par les romains, et dont il ne subsiste que le mur ouest, le fameux mur des Lamentations, haut-lieu du judaisme. C’est au pied du mur que la passerelle en question serait construite.

Or les palestiniens, soutenus par la Jordanie, traditionnellement gardien des mosquées du site dont elle assure l’entretien avec l’Autorité palestinienne, redoutent que les travaux ne fragilisent les fondations de l’esplanade. Au delà, on craint une tentative de destruction du site pour reconstruire le temple juif à la place de l’ancien.

Difficile d’en appeler à la raison dans ce noeud gordien de sensibilités et d’identités religieuses. Déjà en 1996, le creusement d’un tunnel archéologique par Israël à cet endroit avait provoqué de graves affrontements. 61 musulmans et 15 soldats israéliens avaient trouvé la mort. C’est aussi suite à une visite d’Ariel Sharon sur l’esplanade des Mosquées en 2000 que la deuxième intifada avait éclaté… Et chaque coup de bulldozer porté dans ce site tourmenté par l’histoire fait ressurgir la question de l’appartenance d’un territoire, revendiqué de part et d’autre…