DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La campagne présidentielle s'invite dans le procès des caricatures de Mahomet

Vous lisez:

La campagne présidentielle s'invite dans le procès des caricatures de Mahomet

Taille du texte Aa Aa

Lors des audiences de mercredi l’avocat de Charlie Hebdo a présenté une lettre de soutien de Nicolas Sarkozy à l’hebdomadaire. Réaction immédiate d’Abdallah Zekri, le président de la fédération de la grande mosquée de Paris : “Nicolas Sarkozy vient d’envoyer un message à la partie adverse pour soutenir Charlie Hebdo… Donc je pense qu’une réunion urgente du CFCM doit avoir lieu qui décide la démission du CFCM créé par Sarkozy”.

Cette réunion exceptionnelle du Conseil Français du Culte musulman a eu lieu. Le CFCM dénonce la politisation du procès et appelle à la retenue et à l’apaisement.

Car c’est bien le candidat Sarkozy qui a pris position : “La conception qui est la mienne de la démocratie, c’est que je préfère un excès de caricatures à pas assez de caricatures. Et je comprends que des musulmans pratiquants aient pu être blessés, mais ils doivent comprendre que la république française a une tradition qui est celle de la caricature et d‘être critique. Et je ne suis pas prêt à transiger avec cette tradition”.

Nicolas Sarkozy se met ainsi en porte-à-faux avec le CFCM, institution qu’il a lui-même mise en place en 2003, lors de son premier passage au ministère de l’Intérieur, qui est aussi chargé des cultes. Le CFCM s’est même demandé s’il devait démissionner, mais rien ne devrait être décidé avant le rendu du verdict.