DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Les Portugais se forgent leur opinion avant un nouveau référendum sur l'avortement


monde

Les Portugais se forgent leur opinion avant un nouveau référendum sur l'avortement

Les partisans et adversaires de la dépénalisation de l’avortement ont lancé leurs ultimes arguments au Portugal. C‘était le dernier jour de la campagne vendredi et ces arguments ont maintenant la journée pour pénétrer les esprits. Le référendum se tiendra dimanche. Selon cinq sondages publiés vendredi, les électeurs devraient se prononcer en faveur du “oui”.

Le Premier ministre socialiste José Socrates, qui plaide pour le “oui”, a estimé que “les Portugais ne pouvaient plus vivre dans un Etat de droit où personne ne veut appliquer les lois qui criminalisent l’avortement”. Les électeurs auront à répondre à la question : “Etes-vous d’accord avec la dépénalisation de l’IVG si elle est réalisée dans les dix premières semaines de grossesse”. “C’est ce qui est en cause”, selon une responsable d’un mouvement en faveur du “non”. “On risque selon elle d’accepter l’avortement jusqu‘à la dixième semaine, sans justification, sans limites et sans contrainte”.

Le suspense porte sur la participation à ce référendum. “Si l’abstention est importante, explique un analyste, le “non” gagnera du terrain comme lors du référendum de 1998. Car les partisans du “non” sont beaucoup plus militants et se déplacent pour voter. Le camp du “oui” a aussi ses militants mais les plus nombreux sont les gens qui sont indifférents”. La loi portugaise prévoit jusqu‘à trois ans de prison pour les femmes qui avortent, quand il ne s’agit pas de cas de viol ou qu’il n’y a pas de risques pour la santé de la mère.

Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Un projet de loi pour les concubins italiens