DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Banderoles vertes et cris de joies ont accueilli l'annonce de la victoire du oui au référendum au Portugal

Vous lisez:

Banderoles vertes et cris de joies ont accueilli l'annonce de la victoire du oui au référendum au Portugal

Taille du texte Aa Aa

Les électeurs se sont prononcés ce dimanche en faveur de la dépénalisation de l’avortement jusqu‘à dix semaines de grossesse. Reste que l’abstention a comme en 1998, joué les trouble-fêtes. La participation n’a pas atteint les 50% requis pour que le résultat soit contraignant. Pas de quoi effrayer le Premier ministre José Socrates qui a décidé de légiférer sur la question : “L’interruption volontaire de grossesse jusqu‘à dix semaines pratiquée sur demande d’une femme dans un établissement de santé légal cessera d‘être un crime dans notre pays”.

Selon les résultats officiels publiés après dépouillement de l’ensemble des 4.260 circonscriptions électorales, le taux d’abstention est de 56,39%. Seul 3,8 millions d‘électeurs sur les quelque 8,7 millions inscrits se sont rendus aux urnes. Le oui qui flirte avec les 60% l’a plutôt emporté dans les zones urbaines, dans le centre et le sud du pays, tandis que le non semble avoir été majoritaire dans le nord.

Dans le camp du non, on se démonte pas non plus le chef du centre démocratique social – parti populaire José Ribeiro e Castro, a réagi. “On a voté non. On continue et on continuera du côté de la vie. Je réaffirme, en ce jour, à cette heure, l’engagement de notre parti du côté du droit à la vie et à la santé et de la dignité de la femme. On ne se résignera pas. “

En revanche, le leader du Parti Social Démocrate Luis Marques Mendes qui a voté non a pour sa part indiqué qu’il fallait respecter la victoire du oui.