DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Trois ans après les attentats de Madrid, les familles replongent dans le drame et attendent que justice soit faite

Vous lisez:

Trois ans après les attentats de Madrid, les familles replongent dans le drame et attendent que justice soit faite

Taille du texte Aa Aa

Ce procès, elles l’ont attendu avec une impatience mêlée d’angoisse. Pour les victimes et les familles des disparus, cette journée est particulièrement éprouvante. A l’image de Pilar Manjon, la présidente de l’Association pour les victimes du 11 mars 2004. Pilar Manjon a perdu son fils de 20 ans dans les attentats. Très critique envers la politique du gouvernement de centre-droit de José Maria Aznar, elle est devenue la voix charismatique des victimes : “Mes jambes tremblent, j’ai un noeud à l’estomac. J’ai peur. On va regarder dans les yeux ceux qui un jour ont détruit nos vies. Avec force, avec fierté. Nous sommes les victimes et nous allons démontrer que ce sont eux les bouchers”. Toutes les victimes souhaitent que justice soit faite même si affronter les accusés est à la fois un besoin et un cauchemar explique Yamila qui a aussi perdu sa fille : “Je souffre dans ma chair mais je ne veux pas le montrer aux assassins de ma fille”.